Suicide d’un lecteur à la BnF: La FSU dénonce l’attentisme de la direction en matière de moyens de prévention et de sécurité

Un homme possédant une carte de lecteur de la BnF s’est suicidé en se jetant dans le jardin du bâtiment depuis l’esplanade du site de Tolbiac. Quatre autres personnes avaient déjà mis fin à leur jours de cette manière les années précédentes.

Les personnels dont certains ont déjà été témoins de faits identiques sont choqués. La gravité des faits soulève des questions auxquelles il nous semble nécessaire qu’il soit répondu rapidement.

Les représentants de la FSU au sein du Comité d’Hygiène et de Sécurité avaient à de nombreuses reprises, bien avant que ne surviennent les premiers suicides, puis lors de leur survenue, exigé que soient déployés des dispositifs suffisant à empêcher ou au moins à décourager, ou encore retarder de tels actes de désespoir quand plusieurs parties du bâtiment construit par Domingue Perrault peuvent sur ce point être considérées comme sensibles.

A chaque fois, l’administration de la bibliothèque avait répondu de manière dilatoire, affirmant que le coût de tels travaux était trop élevé, ou que le cahier des charges imposé par l’architecte interdisait que l’on pût agir. Il nous avait enfin été répondu qu’il était illusoire de vouloir empêcher les gens de se tuer.

A chaque fois les communiqués internes publiés par la direction avaient été succincts et délibérément imprécis – le mot suicide y étant systématiquement banni – pouvant laisser à penser que les décès étaient accidentels. Le communiqué publié dès vendredi soir n’a pas échappé à cette règle et a même été relégué aujourd’hui dans une rubrique annexe.

En outre, la révision récente du marché de gardiennage, au motif d’économies, a entraîné un abaissement de l’effectif des agents de surveillance qui ne sont plus aujourd’hui en mesure d’assurer convenablement la sécurité de l’esplanade et d’y intervenir dans des délais satisfaisants.

La FSU a demandé dès vendredi soir à la direction de la bibliothèque de bien vouloir convoquer dans les délais les plus brefs un CHS-CT exceptionnel afin de décider de mesures urgentes. La direction n’a pas souhaité donner suite à cette demande préférant différer l’examen de la situation.

Nous ne pouvons que dénoncer l’imprudence d’une telle décision et maintenons notre demande de convocation d’un CHSCT extraordinaire exclusivement consacré à ces faits. Cinq morts successives à la BnF, cela n’est pas anodin. Des mesures matérielles de surveillance de prévention et de sécurité doivent être immédiatement mises en œuvre.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualité & Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s