Mettre le pied gauche dans la merde, ça porte bonheur, mais passer dessous, est-ce que ça peut nous mener au Nirvana ?

Ô joie le lundi 12 mai vers 15h quand une magasinier entendit le doux son léger de l’eau tombant en salle X. De nature partageuse, elle alla quérir ses deux collègues les plus proches pour constater qu’en fait, ce n’était que les eaux usées des toilettes des niveaux A1 à L2 qui leur tombait dessus ! Delà, branle-bas de combat, pause de bâches et appelle de la hiérarchie présente, l’adjointe et le responsable conservation qui essuyait sa troisième inondation, telle est le nom de cet événement.

Un local Conservation et  un local TAD tout deux baignés par les eaux des tinettes sentant les effluves des épandages, suivit un bal hardent et chaloupé de poubelles et récipients en tout genres qui avait commencé avant l’arrivée des deux responsables. Plus on est de fous, plus on rit ! Pompiers et techniciens arrivèrent sur les lieux du sinistre pour constater qu’en effet, il y avait bien une grosse fuite : les toilettes du L2 fuyaient ! Puis, le bal des responsables en tous genres commença, et de sinistre, cela devint pour beaucoup (pas pour ceux qui essayaient de limiter les dégâts et ceux qui faisaient leur possible pour arrêter tout ça), un cabinet de curiosité. On entendit des « Vos poubelles ne sont pas adaptées à ce genre de sinistre, il faudra en changer », des « Ah oui, en effet, ça fuit beaucoup », et des « Il faudra peut-être penser à…  » pour cette dernière, nous ne connaîtrons jamais la suite, et tout ça, au bout de 30 minutes, moment où un quatrième magasinier arriva, pendant que le cinquième essayait de gérer la communication.

Au bout de 40 minutes, Miracles ! Plus une goutte du liquide malodorant ne tomba…. Gentils pompiers aspira et racla l’eau, merde alors, gentils magasiniers vida au fur et à mesure les récipients pleins. Têtes, corps, mains et pieds dans les eaux puantes, même pas peur, même combat !

On ne peut déplaire à son public, et quand nous sommes sensés le servir, l’adjointe alla chercher de quoi se changer et se récurer, un magasinier prit le parti du trompe couillon(parfums d’intérieur) pour également tenir jusqu’à 20h, les trois autres devant rentrer chez eux prirent le parti d’user de Sainte Patience avant de se doucher.

Il est plus que certain que si nos grands patrons écoutaient d’une oreille sérieuse les propos et conseils de la Direction des Moyens Techniques, ainsi que ceux des magasiniers qui travaillent sur place, on en serait pas là. Travailler avec ses mains n’est en aucun cas gage de sottise ou de bêtise, nombre d’intellectuels se détendent le week-end en bricolant…. ils n’en sont pas plus sot pour autant

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Actualité & Information, Culture, Hygiène et sécurité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s