Position de la section FSU-BnF sur le faux problème des retraites et les manoeuvres hollando-sarkozistes de la rentrée 2013

Le gouvernement Hollande-Ayrault entend porter un nouveau coup d’ampleur aux retraites et au code des pensions.
Ses intentions sont indiquées par le rapport Moreau :

· Augmentation de la durée de cotisation : 43, puis 44 ans.
· Baisse des retraites et des pensions (désindexation des retraites, hausse de la fiscalité)
· Hausse des cotisations salariales
· Calcul des pensions des fonctionnaires non plus sur les 6 derniers mois, mais les 10 dernières années (ce qui signifie une baisse drastique du montant des pensions).

En conséquence, le bureau de la section FSU-BnF se prononce :

– contre tout allongement de la durée de cotisation : pas un trimestre de plus !
– pour la défense du code des pensions
– contre toute baisse des retraites et pensions, en particulier contre la désindexation de leur montant sur l’inflation
– contre toute hausse des cotisations salariales et pour l’augmentation des cotisations patronales
– pour un retour aux 37.5 années de cotisation pour tous

Pour parvenir à ses fins, le gouvernement reprend à son compte la méthode qui avait permis à Sarkozy de faire passer sa contre-réforme en 2010 : concertations avec les syndicats durant tout l’été, puis présentation d’un projet de « réforme » en septembre avant son examen à l’Assemblée nationale.

Dans cette perspective, à l’issue de la conférence sociale des 20 et 21 juin, se sont ouvertes le 04 juillet des concertations sur la base des pistes du rapport Moreau.

Lors de son interview télévisée du 14 juillet, Hollande s’est clairement prononcé en faveur d’un allongement de la durée de cotisation : « Allonger la durée de cotisation ? Je n’ai jamais caché cette position. Allongement de l’espérance de vie, allongement de la durée de cotisation (…)  Donc nous allons allonger progressivement, on va en discuter avec les partenaires sociaux, la durée de cotisation. »
Voilà le cadre fixé par le gouvernement à la concertation avec les organisations syndicales.

La responsabilité des directions syndicales n’est pas de s’associer à la détermination des modalités de la liquidation de nos acquis en matière de retraites. La remise en cause de nos acquis ne se discute pas, elle se combat !

C’est pourquoi le bureau de section FSU-BnF décide de s’adresser à la direction nationale de la FSU pour lui demander :

– de se prononcer pour le retrait pur et simple du rapport Moreau,

– en conséquence, de rompre sa participation aux concertations ouvertes le 04 juillet sur la base des pistes de ce rapport

– et enfin, de s’adresser aux dirigeants des autres organisations syndicales afin qu’elles adoptent la même position.

Une telle prise de position enverrait le signal aux travailleurs que l’heure n’est pas au dialogue social avec le gouvernement sur le terrain de ses contre-réformes mais à l’affrontement avec lui, perspective impliquant de rompre avec la tactique des journées d’action à répétition et sans revendication du retrait du projet de réforme, tactique qui a prévalu en 2010 et permis à Sarkozy de faire passer son offensive contre les retraites, malgré l’opposition massive des travailleurs.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualité & Information, société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s