Les collègues du DEP (Droit, Economie, Presse) ne sont pas des cobayes !

Les collègues du DEP ne sont pas des cobayes : La FSU exige l’arrêt immédiat des réformes du Haut-de-Jardin !

Plusieurs collègues du département exprimant leur inquiétude quant au futur réaménagement de la banque de la salle D ont inséré le texte suivant dans le registre d’hygiène et de sécurité :

Les agents du DEP, dont les signatures suivent, expriment leur inquiétude quant au projet de réaménagement de la banque de la salle D.

En particulier pour ce qui concerne :

– le nombre de bureaux inférieur au nombre d’agents postés, dont certains pendant 4 à 6 heures,

– la position spatiale des bureaux dans la salle, de côté et de dos par rapport aux lecteurs,

– la dimension des bureaux insuffisante par rapport au nombre d’écrans et d’ordinateurs nécessaires à l’activité,

– la dimension de l’espace de circulation entre et derrière les bureaux,

– l’ajout d’un espace lecteurs derrière les agents,

– la hauteur de la cimaise derrière les agents

– la suppression de l’écran de visualisation qui mettra hors de contrôle visuel deux espaces : la chapelle, la salle de photocopie

– l’ajout d’une salle de groupe hors de contrôle visuel.

Cette liste n’est pas exhaustive mais d’ores et déjà ces changements nous semblent suffisamment importants pour justifier un examen approfondi sous l’angle des conditions de travail des agents et de la sécurité des lecteurs.

La FSU se déclare pleinement solidaire de ce texte signé par une quinzaine de collègues du DEP (département Droit Economie Presse – D2), de tous services et de toutes catégories. Ces revendications fortes participent de la défense du service public. Elles s’inscrivent dans la continuité de notes adressées par la direction du département en août 2012 et en janvier 2013 à la DCO (Direction des Collections). Ce projet dangereux de réaménagement des banques de salles, élaboré de manière autoritaire et sans aucune concertation préalable des collègues, constitue une véritable provocation contre les agents publics . En détruisant l’espace d’une banque de salle sanctuarisée pour des raisons qui tiennent autant de la démagogie que de l’inconséquence – nous nous souvenons  des propos du directeur des collections, exprimant le souhait de voir les lecteurs et les personnels « side by side » (sic)  – c’est aussi la relation d’autorité et de respect mutuel que l’on abolit. Pire, en fractionnant cet espace de travail indispensable au maintien des bonnes conditions de sécurité, on expose délibérément les personnels, comme des cobayes, à des risques d’incivilité et de violence, ce au moment où les effectif de gardiennage sont en passe d’être abaissés pour des motifs d’économie.

Chacun aura compris quelle logique suicidaire est appliquée dans ce que la direction  nomme « réforme » mais qui n’est qu’une nouvelle et grave atteinte au service public au moment où des milliers de mètres carrés sont gracieusement offerts à MK2. Il ne fait aucun doute qu’après la salle D  la salle J puis  l’ensemble du Haut-de-Jardin feront l’objet des mêmes mesures  dangereuses. Pour la FSU, c’est inacceptable ! Nous exigeons l’abandon immédiat de ce projet et demandons que soit redonné au Haut-de-Jardin les moyens et l’effectif indispensables au meilleur accueil de ses usagers !

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Actualité & Information, Actualité dans les bibliothèques, Culture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s