CTP du 16 novembre : le sens d’un boycott

Les 16 et 22 novembre derniers, la majorité des organisations syndicales de la BnF a refusé de siéger au COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE, rompant de ce fait le dialogue avec une direction sourde aux préoccupations des personnels de l’établissement. Ce refus a été motivé par la réponse insatisfaisante de l’administration à la question de la prime traditionnelle de fin d’année dite « prime de reliquat ». Ce motif explicite, en soi particulièrement important, ne saurait cependant dissimuler la cause plus profonde de cet acte fort, symptomatique d’une déconnexion préoccupante entre la direction et les personnels.

C’est en effet dans le contexte difficile occasionné par la baisse des effectifs, l’affaiblissement budgétaire et la stagnation des salaires que la direction de l’établissement, loin de donner des gages de soutien aux personnels dans leurs activités et leurs missions, poursuit tout au contraire une politique coûteuse de réorganisations successives des services, sans que celles-ci n’aient d’autres finalités effectives que celles de remettre en cause les pratiques – sinon les métiers – des agents.

Ainsi s’explique le recours systématique aux cabinets de conseil en management, avec l’aide desquels s’élaborent des organigrammes cibles et se dessinent de nouvelles méthodologies visant à renforcer la « performance » de l’agent. Dans le même temps le développement de la polyvalence destinée à pallier le déficit en personnel contribue à transformer ou à multiplier les fonctions de l’agent. Enfin la part croissante des vacataires prise dans l’application des missions permanentes de l’établissement conduit à une atomisation du travail comme à une surcharge d’investissements en formation.

Il découle de cette dégradation générale une perte de sens des activités s’accompagnant bien souvent d’une baisse d’implication chez des agents initialement motivés. En droit d’attendre d’être confortés dans l’accomplissement de leur mission, ceux-ci voient au contraire l’exercice de leur métier contrecarré.

Or, d’une restructuration l’autre, l’administration, sans prendre le pouls de cette évolution inquiétante, se félicite de l’active participation des personnels dans la mise en œuvre des organisations nouvelles de travail. Et loin de prendre en compte les nombreuses préoccupations transmises par les organisations syndicales dans le cadre du comité technique paritaire, elle paraît n’user de cette instance que pour valider des décisions prises en amont, dépréciant ainsi considérablement la parole des représentants du personnel.

Le comité technique paritaire, instance purement consultative, est néanmoins une étape nécessaire avant d’appliquer des décisions d’ordre collectif, et à ce titre doit permettre un débat de fond apte à influer sur les décisions prises par l’administration. La direction actuelle de l’établissement l’a de fait transformé en simple chambre d’enregistrement.

Significative à cet égard est la tenue du dernier CTP entérinant quatre réorganisations de services (MDIA, Reproduction, Musique, Arsenal), et ce en l’absence manifeste de la majorité des organisations syndicales, celles-ci ayant refusé de prendre part à une parodie de dialogue social à l’heure où les revendications sur la prime de fin d’année n’obtenaient aucune réponse satisfaisante.

En conditionnant leur participation à une réponse significative de l’administration, ces organisations exigeaient dans le même temps de redonner un contenu pertinent au cadre de l’instance, cessant ainsi d’être les complices forcés d’une expédition des affaires courantes.

En isolant la direction, elles lui signifiaient de facto sa coupure d’avec un personnel légitimement en colère au vu de la dégradation générale de ses conditions de travail, et de surcroît floué par la suppression tout ou partie de la prime de fin d’année. Placée face aux conséquences ultimes de sa politique vidant l’établissement de ses compétences, la direction, incapable d’entendre le personnel autrement que par la force, a choisi clairement d’accentuer une rupture dont elle est la première responsable.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualité & Information, Actualité dans les bibliothèques, Bulletin d'information syndical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s