L’inspection du travail dénonce les pratiques de « Mondial Sécurité » sur le site de la BNF- Richelieu

Communiqué de la section FSU de la Bibliothèque nationale de France du 19 avril 2010

Le 9 avril, la direction de la Bibliothèque nationale de France a publié un communiqué faisant état d’un arrêt de travail d’une partie des agents de l’entreprise de gardiennage présente sur le site Richelieu, « Mondial Protection », intervenu le jeudi 8 avril. Elle a, en outre, fait état du fait que le travail avait « repris progressivement » après que les représentants des personnels grévistes aient reçus des « engagements » de la part de leur patron.

La FSU ne partage pas, loin s’en faut, les déclarations lénifiantes de l’administration de la bibliothèque qui ne semble préoccupée que par la réalisation en cours de la rénovation du quadrilatère Richelieu quel qu’en soit le coût social, quitte à passer un marché au rabais avec une entreprise dont-il les pratiques de « dumping social » sont notoires.

En effet, force est de constater qu’en raison de la fin de non-recevoir adressée aux personnels de « Mondial Sécurité » par leur direction, le mouvement de grève a, au contraire, été maintenu jusqu’au lendemain matin. Les deux tiers de l’équipe de nuit s’étant déclarés grévistes ils ont fait l’objet de pressions de la part du service de la sûreté aux fins de leur faire quitter les lieux.

Par ailleurs, l’inspecteur du travail d’arrondissement, Gérard Filoche, qui était intervenu pour effectuer un contrôle sur le site BnF-Richelieu après avoir été informé des conditions de travail déplorables des salariés ainsi que des atteîntes au droit et aux pressions dont-ils faisaient l’objet, a rendu un rapport accablant. Après avoir dénoncé de multiples manquements aux règlements de la part de l’entreprise de gardiennage (absence de tenue d’élections de délégués des personnels) ainsi que des manoeuvres systématiques d’obstruction et d’entrave à sa mission (défiance, mensonges, refus de présentation de documents, etc.) il a convoqué à son bureau le directeur de Mondial Protection, l’engageant à « prendre en considération l’évidente colère de ses salariés qui se sentent extrêmement maltraités » et à ne pas se « cantonner dans un refus de réelle négociation ».

La FSU ne peut que dénoncer une situation tant dommageable à la sécurité et à la sûreté des collections patrimoniales conservées sur un site dont-il a été décidé de manière absurde qu’il demeurerait ouvert pendant la durée de lourds travaux, ce qui en manque pas d’exposer la santé et l’intégrité des usagers comme des personnels, salariés du public ou des entreprises sous-traitantes.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualité & Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s