Communiqué des personnels et des étudiants de l’enssib réunis en assemblée générale le 9 avril 2009

Communiqué des personnels et des étudiants de l’enssib réunis en assemblée générale le 9 avril 2009

L’école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques assure la formation postconcours
et continue des bibliothécaires et propose des masters en sciences de l’information.

enssib en colère ! Pourquoi ?

Péril en la bibliothèque

– La restructuration actuelle des ministères a fait disparaitre toute mention des bibliothèques : disparition
de la sous-direction des bibliothèques au ministère de l’enseignement supérieur ; suppression du bureau des bibliothèques au ministère des affaires étrangères ; disparition programmée de la direction du livre et de la lecture au ministère de la culture et de la communication.
– Les compétences spécifiques des personnels des bibliothèques sont remises en cause : la loi LRU (loi relative aux libertés et responsabilités des universités) permet dorénavant de nommer des enseignants chercheurs (dont les compétences sont différentes) sur certains postes au sein des bibliothèques. Dans le projet de loi de finance de 2009, le ministère de l’enseignement supérieur avait prévu de retirer de la filière bibliothèque les magasiniers et les assistants de bibliothèques.

– Des incertitudes pèsent sur l’avenir des concours et des formations initiales des personnels des bibliothèques.
Les bibliothèques au pilon des réformes universitaires.

– Les ressources financières et donc le fonctionnement des bibliothèques universitaires (BU) sont menacés : la loi LRU entraîne la fin des budgets spécifiquement dédiés aux BU.

– Les personnels des bibliothèques voient leur représentation diminuer au sein des trois conseils qui
régissent la vie de l’université (conseil d’administration, conseil scientifique, conseil des études et de la vie universitaire).

– Les carrières des personnels sont davantage soumises à la volonté des présidents d’université qui disposent désormais d’un droit de veto sur les nominations.

La bibliothèque touchée, la recherche coulée

– La nécessité de répondre à des évaluations essentiellement quantitatives conduira d’ici quelques années -si ce n’est déjà commencé- les équipes de recherche et les laboratoires à se transformer en des agences locales de production d’articles au mépris des valeurs de réflexion et de sens critique nécessaires à l’élaboration des connaissances.

– Au lieu d’encourager le travail scientifique, on tente de le déclasser : on infantilise les universitaires en les condamnant au statut de cancre s’ils ne produisent pas assez, au nom d’une performance érigée en modèle mondial. On avait même prévu de pénaliser les «non publiants» par des charges de cours supérieures à celles de leurs collègues.

– Parallèlement, ces attaques sous couvert de réforme découragent les étudiants qui regardent maintenant l’enseignement-recherche comme un monde malade, atteint d’une hypertrophie gestionnaire qui les exclut et maintient les doctorants ainsi que les nouveaux docteurs dans des situations précaires.

Aussi, en accord avec le mouvement très ample des universités, des grandes écoles et des professionnels
du service public, nous demandons une remise à plat des conditions d’exercice des métiers ayant pour mission le développement et la transmission des savoirs dans les lieux de formation, de recherche et d’étude.

L’assemblée générale des personnels et élèves / étudiants de l’enssib

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualité & Information, Actualité dans les bibliothèques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s