Richelieu : Trop c’est trop !

Tract de la section FSU de la Bibliothèque nationale de France

Paris, le 9/03/2009

Trop c’est trop !

Il apparaît aujourd’hui que les conditions de travail des personnels affectés au site Richelieu se sont considérablement dégradées.

Les causes en sont :

1. L’organisation du transfert des collections vers les sites de Tolbiac, de l’Arsenal, de Bussy Saint-Georges ainsi que celles déplacées provisoirement à l’intérieur du quadrilatère Richelieu

2. les tâches inhabituelles confiées aux agents qui, pour la plupart, se voient tenus de prendre part au conditionnement de ces collections comme d’assurer la bonne marche des opérations

3. Le sous-effectif patent

4. Un échéancier imposant la réalisation d’objectifs coûte que coûte.

5. Un contexte de chantier permanent créant des nuisances importantes pour tous, personnels et publics.

Cela a pour conséquences :

1. Des perturbations incessantes du service public et des missions dévolues aux différents départements du site de Richelieu

2. Le recours à des personnels – dont de nombreux précaires – insuffisamment formés à l’accomplissement des tâches demandées,

3. la surcharge considérable de travail qui en résulte pour eux,

4. le stress permanent engendré par les rythmes de travail imposés dans un contexte de récession continuelle de l’effectif.

5. Le non respect des règles élémentaires d’hygiène et de sécurité qui semblent avoir été mises entre parenthèses pendant la durée du chantier, ce au point d’exposer les personnels à des risques graves (intoxication aux gaz d’échappement des groupes électrogènes et des engins de chantier, nuisances sonores aigues et lancinantes, exposition aux poussières de ciment et de terrassement, aux vibrations ainsi qu’aux va-et-vient des véhicules de déménagement ou du chantier).

Le cas du département de la Musique nécessite en soi un développement particulier.

1. Il a du être évacué en catastrophe en raison de la survenue d’un danger grave et imminent, à savoir le risque encouru d’incendie d’un transformateur à pyralène fuyard risquant de dégager des émanations de dioxine mortelle, tant pour les agents que pour l’environnement humain (dont une école adjacente au bâtiment de Louvois).

2. Le bâtiment est désormais fermé aux publics pour raisons de sécurité, car les fonctions vitales essentielles ne sont plus assurées qu’à minima, en mode dégradé. Ses personnels ont été hébergés dans des espaces divers du quadrilatère et dans des conditions de promiscuité et d’inconfort manifestes.

3. En raison de l’aveuglement de la direction, le département de la musique se voit contraint de fonctionner dans un contexte dangereux et éprouvant pour les agents, à savoir, entre autre, l’extraction quotidienne des collections dans la pénombre de magasins non chauffés (+3°) à l’aide de lampes frontales et sur la base de ce qui est présenté comme du « volontariat ». ..

4. Une information récente faite par la direction d’une source supplémentaire de danger grave et imminent concernant 3 niveaux du bâtiment de Louvois, à savoir la chute de lourds faux plafonds dont certains déjà tombés en novembre alors même, que dans le cas du magasin de la réserve, que des agents tenus dans l’ignorance du danger s’y déplaçaient régulièrement.

Nous demandons, en conséquence à la direction de la BnF :

1. La suspension immédiate des communications des collections conservées à Louvois ainsi que toute intervention des personnels dans le bâtiment.

2. L’affectation rapide de moyens supplémentaires en terme d’effectifs pour faire face à la charge de travail créée par les transferts en cours, et ce jusqu’à leur fin prévue, à savoir septembre 2009.

3. L’affectation de moyens matériels : escabeaux sécurisés, lampes d’appoint, mobiliers de rangement et sièges adaptés pour la salle Labrouste, installation d’une signalétique adaptée et efficace à l’endroit des publics et des personnels, un effort sérieux de communication pour les intervenants extérieurs, livreurs, coursiers, etc.

4. L’augmentation de la durée horaire de la pause méridienne sans décompte horaire supplémentaire sur GTA, le temps d’attente à la cantine étant trop long par rapport à la durée impartie de cette pause.

5. L’accès ou mise à disposition d’installations sanitaires supplémentaires aux alentours de la salle Labrouste, et répondant aux règles de propreté (entretiens plus fréquents)

6. Un audit de la médecine de prévention et de l’IHS sur les conditions de travail indues des personnels ainsi que, pour ce qui est de l’ensemble du site, une évaluation sérieuse et objective du risque engendré par les transferts et les travaux par le service HSE.

7. La mise en œuvre de mesures efficaces d’atténuation significative des nuisances occasionnées par les travaux, et, à défaut, les réaménagements de postes et les redéploiements qui s’imposeraient.

8. Que l’ensemble des personnels du site de Richelieu puissent bénéficier d’une indemnité à hauteur des nuisances et servitudes supportées.

L’ensemble de ces constats et demandes ont été exprimés par les représentants syndicaux de la FSU lors dernier « CHS Richelieu » (compte-rendu à paraître prochainement sur le forum)

Mais à la demande légitime d’un « geste » sous forme d’indemnité, pouvant sans pouvoir bien sûr compenser, mais du moins témoigner de la reconnaissance aux efforts consentis, l’administration à répondu par ce « cri du cœur » : Ils ont déjà bénéficié de 15 jours de vacances …(!)

Stupéfaits, nous voudrions croire que cela est dû à une simple maladresse, plus qu’à une désinvolture à l’endroit des personnels qui sont victimes, à leur corps défendant, des nuisances engendrées par l’impéritie de l’administration.

Aux doléances de plus en plus nombreuses d’agents désemparés elle a donc fait le choix du mépris voire du mensonge puisqu’elle présente systématiquement la situation préoccupante de Richelieu comme parfaitement maîtrisée et normale, tant en CHS que dans les colonnes de Trajectoire.

Afin de faire le point sur la situation, de recueillir vos témoignages puis de décider tous ensemble des mesures qui s’imposent pour que soit respectée l’intégrité physique et morale des personnels

La FSU appelle à une Assemblée Générale le jeudi 12 mars 2009 à partir de 12H00 en salle des commissions de Richelieu

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualité dans les bibliothèques, Hygiène et sécurité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s