Pécresse à Paris VII

CGT – CNT – FSU – SUD

Bibliothèque nationale de France

Aujourd’hui, la ministre de l’enseignement supérieur, Valérie Pecresse, vient «inaugurer», presque un an après son ouverture, la Bibliothèque Universitaire de l’université de Paris VII. Comme à chaque fois, elle va vanter l’architecture d’anciens bâtiments refaits à neuf ou bien le nombre importants de places offert aux lecteurs, voir l’adaptation aux nouvelles technologies.

Mais ce qu’elle va bien se garder de signaler, c’est que cette BU, comme beaucoup d’autres, est victime d’un sous-effectif important, qui l’empêche de fonctionner comme cela était prévu lors de son ouverture. En effet, le personnel de la BU se compose de seulement 26 agents à temps plein, alors qu’il faudrait une équipe de 89 personnes pour atteindre les objectifs fixer dans son projet. Alors, pour combler en catastrophe les trous les plus importants, l’Etat comme à chaque fois, a décidé de recourir à la précarité, en recrutant 26 vacataires à mi-temps. Mais ce n’est pas là une solution acceptable. Ce qui est nécessaire à cette BU pour remplir sa mission de service public et pour accueillir ses lecteurs dans de bonnes conditions, c’est une création massive de postes statutaires.

Malheureusement, la BU de Paris VII n’est pas la seule dans son cas. C’est d’ailleurs une mauvaise habitude de l’Etat de construire des équipements de bibliothèques sans leur donner le personnel statutaire nécessaire pour fonctionner normalement. Ainsi, la BU Sainte-Barbe, le grand projet de bibliothèque pour les étudiants de premier cycle de la montagne Sainte-Geneviéve, ne compte pour l’instant que 19 agents pour réaliser son ouverture programmer en septembre prochain, alors qu’il lui en faudrait au minimum 60 pour fonctionner correctement.

On pourrait en dire autant de la Bibliothèque Nationale de France, voisine de la BU de Paris VII, qui n’a jamais eu les effectifs promis au départ et qui depuis des années, ne cesse de perdre des postes de titulaires, au moins une centaine, tandis que dans le même temps, elle ne cesse de recruter des précaires. Ces deux mouvements sont bien sûr liés, les précaires servant à boucher les manques les plus criants, tout en étant un personnel sans avenir. C’est d’ailleurs ce qu’ont rappelé les organisations syndicales et le personnel de la BNF lors de la grève du 19 avril pour réclamer une amélioration de la situation des précaires et le comblement des manques de postes d’agents titulaires, en particulier par la mise en place d’un plan de titularisation des vacataires.

Les conséquences de cette politique systématique de sous-effectif sont d’un côté d’entraîner une dégradation des conditions de travail des agents, dû à une surcharge de tâches et de l’autre de dégrader les services offerts au public, voir de mettre en cause la conservation des collections.

Or, derrière tous ses problèmes, se trouve la volonté politique du gouvernement de casser les services publics pour les transformer en entreprises régis par les lois du marché, pour le plus grand profit des patrons et des spéculateurs, mais sûrement pas des usagers. Comme en témoigne la mise en place de la Révision Générale des Politiques Publics et la loi sur la «mobilité des fonctionnaires».

Face au sous-effectif et aux attaques contre les services publics, la seule solution est un mouvement collectif de l’ensemble des agents, soutenu par les usagers pour réclamer :

• Le retrait des mesures de casse des services publics (RGPP, «mobilité des fonctionnaires»)

• La création massive de postes statutaires pour permettre aux établissements de fonctionner normalement.

• La titularisation des précaires et l’arrêt de l’embauche massive de vacataires pour combler les manques de postes.

• L’attribution des moyens financiers nécessaires à l’activité de vrais services publics utiles socialement.

C’est seulement par notre action que nous pourrons obtenir satisfaction sur ces points. Nous n’aurons que ce que nous prendrons. Organisons-nous pour lutter efficacement.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualité dans les bibliothèques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s