Moratoire sur le Wifi dans les bibliothèques de la ville de Paris à l’initiative de la FSU (SUPAP)

Quand la Ville de Paris fait (wi)fi du principe de précaution

« Toi, tu me fais de l’électricité, Tu fais monter ma tension… »(Joe Dassin)

Devinette : Nous sommes inodores, invisibles, nous n’avons pas de saveur mais nous mettons en dangers la santé de plusieurs fonctionnaires de la Ville de Paris depuis le mois de juillet. Qui sommes nous ?

Ne cherchez pas, vous y êtes : Nous sommes les ondes électromagnétiques diffusées par les bornes WIFI installées par la municipalité dans un grand nombre de lieux publics (jardins, bibliothèques, mairies et depuis peu piscines…)

Maux de tête, vertiges, nausées, douleurs oculaires et musculaires sont désormais le quotidien des agents des bibliothèques Vandamme et Italie sans que quiconque ne s’émeuve. Les bibliothèques Musset et Faidherbe s’interrogent.

Le maire, nouvel écolo convaincu, (du moins l’affirme-il dans son programme de campagne), n’a-t-il pas suivi le Grenelle de l’environnement ? Ne sait-il pas que le CRIIREM (Centre de recherche indépendant sur les rayonnements électromagnétiques) a exigé, dans le cadre du principe de précaution, l’application sans délais des 5 mesures suivantes :

  • – Déconseiller l’usage du téléphone mobile pour les moins de 15 ans
  • – Pas de WIFI dans les écoles, les collèges, les lycées- Limiter le rayonnement des antennes relais à 0,6V/m
  • – Appliquer les servitudes légales en matière de lignes THT
  • – Moratoire sur le WIMAX et promotion du Ultra Haut Débit par fibre optique ?

Alors vraiment, pourquoi se poser la question de l’innocuité des bornes WIFI quand cette technologie terriblement contemporaine satisferait les jeunes urbains nomades et ferait de Paris le modèle de toute modernité ?

Pourtant d’autres pays européens se sont posés la question apportant des réponses aux antipodes des choix parisiens. L’Allemagne n’installera pas, en vertu du principe de précaution, de bornes WIFI dans les lieux publics, mais au regard de l’équipe municipale, nos voisins ne sont pas vraiment dans le « moove » puisqu’ils refusent également le travail dominical…

L’Angleterre, suivant le même principe, retire dans de nombreuses écoles les bornes déjà en place.

Le Canada a choisi la fibre optique pour équiper plusieurs universités.

Cela valait-il la peine d’investir deux millions d’euros auquel il convient d’ajouter 500 000 euros de maintenance annuelle pour mettre en place ces bornes, alors qu’il n’existait aucune carence de service de ce type sur le territoire parisien.

Le libre arbitre étant une valeur essentielle au SUPAP, n’hésitez pas à consulter les sites suivants pour vous faire votre propre opinion :

http://www.santepublique-editions.fr
http://www.generation-nt.com
http://www.afsse.fr
http://www.criirem.org/

Vous pouvez également utiliser les mots clefs DANGER et WIFI pour plus de d’informations.

Conclure

Vous remarquerez rapidement que les rapports proWIFI qui établissent une absence de preuves démontrant un risque ou attestant une pathologie liée à l’exposition aux radiofréquences GSM, concluent tous, après des développements destinés à rassurer les foules, par des mesures de précaution telles qu’ « il serait judicieux

  • – de placer les bornes en hauteur
  • – d’éviter une proximité immédiate
  • – de ne pas placer un poste de travail dans un rayon de moins de 2,5 m
  • – et surtout en cas d’impossibilité, s’assurer que l’exposition est ponctuelle et temporaire. »

La ville, en installant dans les bibliothèques ces bornes, a totalement ignoré ces précautions et les problèmes sanitaires qui pouvaient en découler pour ses propres agents.

Le SUPAP mettra en point central des prochains CHS ce dossier de santé publique.

Ses élues CHS demande un moratoire immédiat et que toutes nouvelles installations de bornes se fassent en lien avec les personnels.

SUPAP-FSU
6 rue Pierre Ginier 75018 Paris
tél. : 01 44 70 12 80 | fax : 01 44 70 12 85 | syndicat.supap-fsu@paris.fr

Article de france2.fr

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Actualité dans les bibliothèques, Hygiène et sécurité

5 réponses à “Moratoire sur le Wifi dans les bibliothèques de la ville de Paris à l’initiative de la FSU (SUPAP)

  1. Pingback: French library clerks say Wi-Fi is dangerous

  2. Pingback: Wifi dans les bibliothèques : le point « Bibliothèques en Lutte !

  3. Pingback: La migraine, communauté des migraineux – céphalées, maux de tête, algie, douleur, femmes

  4. Pingback: Après les téléphones mobiles, faut-il aussi dire non au Wifi? La mairie de Paris doute aussi. «

  5. amarcil

    Bonjour, ce message est pour vous mettre au courant de la technollogie Biopo. Cette compagnie fabrique des puces qui aident à protéger des radiations des appareils électriques. Pour plus d’informations, consultez le http://www.bioporotechnollogy.ca
    Merci

    André Marcil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s