L’AG des personnels de Paris 3 reconduit la grève

Compte rendu de l’Assemblée Générale des personnels de Paris 3 réunie le mardi 27 novembre 2007, 12h, amphi B (100 à 120 présents)

Ordre du jour

1) Point LRU

– actions enseignants-chercheurs

– actions UFR

2) Vote à bulletin secret

3) Perspectives d’organisation ; coordination nationale – Jussieu – jeudi 29

4) Université mobilisée : journée d’information-débats : mercredi28

5) position de l’AG (vote motion)

 

 

le point 4 passe en 1

Un « Comité de pilotage » avait été chargé, par une précédente AG., d’organiser une journée d’informations débats. (cf. document joint)

Constat est fait que la demande, adressée au président de l’Université, de banalisation de cette journée est restée lettre morte jusqu’à présent. En conséquence l’AG décide, par un vote unanime, de se prononcer en faveur de cette banalisation.

 

 

POINT 1

L’ensemble des interventions traite de l’étonnement devant la passivité d’une grande part des membres du personnel face à cette loi LRU qui, pourtant, les atteint de plein fouet.

Alors qu’ils sont les premiers visés, les personnels semblent se contenter de suivre les actions des étudiants, et acceptent de subir les pressions leur faisant rédiger les maquettes alors même qu’elles correspondent à l’entrée dans l’application de cette loi. Tous s’accordent pour demander à nouveau à chaque UFR de réagir et d’officialiser sa position par le vote d’un texte

L’AG vote donc pour réclamer à chaque UFR de convoquer une Assemblée générale en son sein le plus rapidement possible : Pour : unanimité, moins une voix

 

 

POINT 2

Lecture est faite du communiqué du Président annonçant la mise en place d’un scrutin à bulletin secret portant sur le seul point du blocage et de la réaction du comité de mobilisation (cf textes joints)

Les diverses interventions s’élèvent contre ce procédé qui n’est qu’une manœuvre se parant de l’auréole de la démocratie et rappellent que, dans les universités où il a été mis en place, il n’a servi à rien voire a été dénoncé par la CNIL ! Il est évident qu’outre son inefficacité, ce type de procédure risque de faire dégénérer une situation encore tout à fait calme ; il est de plus impossible de prévoir ce que le Président compte faire du résultat de cette consultation. Une enseignante de Lyon II indique que le vote électronique organisé par le président de son université n’a vu participer que 35% des étudiants inscrits, et a été contesté par la CNIL

L’AG rappelle qu’une telle consultation ne peut se faire qu’après une information claire et l’expression d’un avis sur la loi elle-même et demande au président de renoncer à cette consultation

Seules les AG décident des moyens d’action : en l’absence de problèmes de transports chacun peut assister, faire entendre son point de vue et participer aux votes, faute de quoi chaque absent délègue son pouvoir aux présents !

 

La motion suivante est votée et adoptée à la majorité (contre : 1 ; abstention : 4)

L’AG des personnels de l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, réunie ce jour mardi 27 novembre 2007 au centre Censier s’indigne des mesures prises par le président de cette même université, M. Bernard Bosredon, pour museler de force les étudiants qui participent au mouvement légitime de contestation contre la loi dite LRU. La procédure de vote sans débat qu’entend imposer M. Bosredon jeudi 29 novembre sur le seul point du blocage revient à nier toute légitimité aux Assemblées Générales tenues dans des conditions qu’il avait lui même qualifiées d’ « ordonnées et démocratiques » dans son communiqué du 14 novembre dernier, au point d’appeler l’ensemble de la communauté de Paris 3 à y participer, et de s’y rendre lui-même. A défaut d’avoir convaincu dans ce cadre démocratique des avantages de cette loi, M. Bosredon entend désormais suivre la dérive autoritaire voulue par le gouvernement et prolongée par de nombreux présidents d’université en faisant taire à Paris 3 un mouvement de contestation d’ampleur nationale contre un texte adopté sans aucune concertation en plein mois d’août.

-L’AG met en garde le président Bosredon contre le risque de dégradation de l’atmosphère générale à Paris 3 que causerait un tel passage en force.

-Elle récuse toute légitimité à la parodie de démocratie que serait un vote imposé par voie administrative, sans débat et ne portant que sur les modalités d’action décidées par l’AG des étudiants, en l’occurrence le blocage partiel et pacifique de l’Université.

-Elle exige qu’il respecte le cadre démocratique des Assemblées Générales et permette la tenue du débat autour d’une loi qui engage l’avenir de la communauté universitaire dans son entier.

– l’AG lui demande par conséquent de renoncer à cette initiative.

 

 

POINT 3

Une réunion a eu lieu samedi dernier à P7 ; une coordination est mise en place sous le nom « sauvons l’université ». La prochaine réunion est prévue pour le jeudi 29 à Jussieu, Amphi B3 de 12h à 14h. tous ceux qui sont intéressés y sont les bienvenus et l’AG , à l’unanimité moins une abstention, mandate un enseignant pour la représenter.

 

 

L’AG se prononce à la majorité pour la reconduction de la grève jusqu’à la prochaine AG (contre :1, ne prend pas part au vote : 4)

 

 

Une NOUVELLE ASSEMBLEE GENERALE DES PERSONNELS

est convoquée pour le VENDREDI 30 NOVEMBRE à 12 heures, amphi B

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualité & Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s