Bibliothèques en lutte !

Les attaques du chef de l’Etat et de sa majorité constituent une accélération sans précédent des politiques de dérégulation libérale à l’œuvre depuis plus de 20 maintenant. Sa rupture n’est en fait que la mise en scène complaisamment relayée d’une politique s’attaquant à tout ce qui touche à la redistribution des richesses (assurance maladie, assurance vieillesse) et au développement solidaire du pays (remise en cause de l’égalité d’accès au service public, de l’indépendance des agents de l’Etat, etc).

 

En bloquant les salaires, en détruisant le code du travail, en précarisant davantage des pans entiers du salariat, jusqu’aux immigrés, terrorisés par une politique cyniquement rationalisée de rafles et d’expulsions, en dressant une partie de la population contre une autre (les fonctionnaires contre les salariés du privé, les étrangers contre les français, les jeunes contre les vieux) le gouvernement dessine les contours d’une société où la violence sociale et la concurrence entre tous seront la norme.

 

Les eaux glacées du calcul égoïste : voilà le projet de société que l’on nous impose.

 

Face à cela, le syndicalisme doit proposer un projet alternatif, fondé sur la solidarité entre tous, il doit combiner la défense des intérêts individuels et des intérêts collectifs, il doit réinventer un projet et des pratiques d’une transformation sociale portée par le plus grand nombre.

 

L’engagement doit permettre de tisser des liens entre tous les salariés, de riposter et de se battre dans l’unité la plus large et le respect de chacun.

 

Pour cela, les organisations syndicales en général, la FSU en particulier, doivent être investies par le plus grand nombre de collègue.

 

Construire un syndicalisme solidaire, indépendant et combatif, défendre les intérêts individuels et collectifs des collègues, voilà le but de ce bulletin.

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualité & Information

Les commentaires sont fermés.