Volée de bois vert pour la Direction de la BnF quant à sa politique de numérisation à des fins pécuniaires

Ça y est ! Nos pompiers pyromanes locaux, Bruno Racine et Jacqueline Sanson, soutenant mordicus une privatisation forcenée, quoiqu’encore partielle et numérique,  des fonds patrimoniaux de la BnF, et soutenus eux-même par le piteux duo socialo-libéral Filippetti & Gallois, ont réussi à faire se lever contre leurs projets indignes de nombreuses personnalités du monde de la culture et des bibliothèques. De la Quadrature du net au remarquable et incontournable site d’information livresque Actualitté, en passant par le blog de Philippe Aigrain, chacun s’émeut à juste titre de l’expropriation en cours. Pendant qu’on jette par les fenêtres l’artiche pour satisfaire quand à Kosuth, quand à Karmitz, on fiche le même oseille dans sa chausse après avoir dépossédé le bon peuple de son bien, pensant que nul n’y verra goutte. Hélas pour nos experts directionnels ès art du suçoir en collections anciennes, rien n’a l’air de se passer comme prévu : il n’est jusqu’à la très respectée et vraiment peu bolchévique Association des Bibliothécaires de France qui ne s’en indigne aujourd’hui (voir ci-dessous), c’est dire si le feu a pris et qu’il n’est pas près de s’éteindre. Tant pis pour ceux qui l’ont allumé et qui finiront tôt ou tard par s’y brûler les doigts.

"Vingt dieux, j’aurais jamais dû mettre les pieds dans ce bourbier de num’ à la BnF. C’est quoi cette bande de cadors, savent même pas privatiser en loucedé le patrimoine… ?! Si c’est pas la pitié…"

Communiqué ABF sur les deux partenariats conclus pour la numérisation et la diffusion des collections de la Bibliothèque nationale de France

Suite à l’annonce par le ministère de la Culture de deux accords passés pour la numérisation de 70 000 livres et 200 000 vinyles de la Bibliothèque Nationale de France avec les sociétés ProQuestBelieve Digital et Memnon Archiving Services, l’Association des Bibliothécaires de France s’inquiète vivement des conditions d’accès à ces documents numérisés.

La revente durant 10 années de ces contenus numériques, dont une partie importante relève du domaine public, que ce soit par des firmes privées ou par la filiale commerçante de la BNF, sans autre possibilité d’accès gratuit en ligne sur le site des institutions concernées, serait tout à fait contraire à l’égalité d’accès au patrimoine commun.

L’ABF réclame la publication immédiate des termes de ces accords de partenariat et la suppression de toute clause réduisant la communication des œuvres concernées à une prestation marchande, quel qu’en soit le bénéficiaire. Elle demande qu’un accès public gratuit en ligne sur Gallica soit instauré d’emblée pour les œuvres tombées dans le domaine public. L’ABF ne peut en outre envisager un partenariat public-privé qui aurait pour conséquence de limiter la consultation intégrale de documents à un usage uniquement intra-muros, sauf rétribution versée, y compris par des bibliothèques et institutions publiques. Ces dispositions neutraliseraient alors l’intérêt de la numérisation de collections en obtenant de façon aberrante des revenus du grand emprunt de la part de collectivités ainsi que d’établissements d’enseignement et de recherche publics.

En savoir plus

2 Commentaires

Classé dans 4- Culture, Actualité & Information, Actualité dans les bibliothèques, société

2 réponses à “Volée de bois vert pour la Direction de la BnF quant à sa politique de numérisation à des fins pécuniaires

  1. Tatar

    Actualitte remarquable et incontournable… Il faudrait pas trop en faire non plus ! Parfois bien informé mais trop souvent maladroit et erroné dans ses raisonnements et conclusions, quelque fois à la limite de la diffamation. Bref, une feuille de choux mais on est loin du NYT …

  2. Administrateur

    C’est votre avis mais nous aimons mieux à lire des articles qui ne brossent pas la Direction de la BnF dans le sens du poil, ce avec une argumentation solide, que des articles translucides écrits à 95% par le service Com’ de l’établissement (et nous ne parlerons pas de la Pravda interne nommée "Trajectoire", autocélébration à l’indécence presque plaisante tellement elle est hénaurme)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s